ANNA FROST : EN HARMONIE AVEC LA NATUREANNA FROST : EN HARMONIE AVEC LA NATURE

Texte: Marie Knowles
Vidéo: icebreaker

20 février 2019

L’ultra-marathonienne de niveau international Anna Frost s’apprête à relever sans doute son plus grand défi à ce jour : la maternité. Nous sommes allés la rencontrer récemment en Nouvelle-Zélande, son pays natal, pour en savoir un peu plus sur sa façon de vivre en harmonie avec la nature, ses espoirs pour l’avenir et les débuts de sa toute dernière aventure, la grossesse.

Vous êtes un modèle pour les jeunes femmes, comme en témoigne votre travail avec Sisu Girls, entre autres. Qu’est-ce qu’il vous paraît important de transmettre à la prochaine génération ?Que nous pouvons tous être des modèles pour les jeunes (garçons et filles) à travers le monde. Nous devons leur montrer l’exemple et les encourager à donner le meilleur d’eux-mêmes, encore et encore. Nous devons les inviter à explorer et à découvrir leur vrai potentiel, à respecter et à apprécier la nature. Nous devons transmettre l’honnêteté, l’authenticité, la compassion et la bienveillance.

Aujourd’hui, vous attendez votre premier enfant. Comment vous préparez-vous à devenir mère ?Je vis pleinement l’aventure de la grossesse, je savoure chaque minute de cette expérience qui va changer ma vie, même quand la fatigue, les brûlures d’estomac, les crampes nocturnes et les modifications du corps prennent le dessus. J’ai accepté le fait que je basculais complètement dans l’inconnu, mais je suis entourée de tant de femmes, d’hommes, de mères, de pères, d’amis et de membres de ma famille, responsables et responsabilisants, que je suis très heureuse d’apprendre et d’avancer à leurs côtés.

Quelle a été l’incidence de votre grossesse sur votre entraînement ?J’ai clairement adapté mon entraînement pour passer à un rythme plus lent et m’octroyer beaucoup plus de repos. La base de mon entraînement est constituée de marche, yoga, exercices de musculation, respiration, paddle, kayak et lecture. En fin de compte, délaisser la course et l’entraînement intensif s’est avéré beaucoup moins difficile que ce que je pensais. Après 15 ans de course, c’est agréable de s’accorder une longue pause pour se concentrer sur la croissance de ce petit être et prendre soin de mon corps et de mon esprit dans la plus grande douceur.

Vous parlez souvent de votre lien étroit avec la nature. Votre grossesse a-t-elle affecté cette harmonie ?Je passe énormément de temps à entretenir ce lien avec la nature : je jardine, je me promène, j’observe les vagues sur la plage, j’écoute les oiseaux gazouiller, je vis au rythme des marées et des saisons. C’est cette harmonie que je souhaite préserver et partager avec ma famille, tout au long de ma vie. C’est ainsi qu’on apprend, qu’on expérimente, qu’on vit des aventures et qu’on profite de la vie. Je suis sûre qu’elle grandira en comprenant et en ressentant tout cela elle aussi.

Quels sont vos espoirs et vos rêves pour les cinq prochaines années ?Je veux transmettre le plus d’expériences et d’aventures possibles à ce petit être. J’ai également besoin de continuer à nourrir ma soif d’aventure, c’est important pour moi et j’ai hâte de pouvoir vivre tout ça en famille. Je suis sûre que la vie me réserve encore quelques courses à travers le monde ou deux trois fastpackings tout près de chez moi (en Nouvelle-Zélande et dans le Colorado). J’espère que les jeunes seront de plus en plus nombreux à suivre leurs inspirations pour explorer leurs propres territoires dans le respect de la nature et à grandir avec confiance et énergie. Je souhaite que nous soyons tous des modèles et j’encourage les jeunes, les vieux, les amis et la famille à accepter ce rôle.